Cet article est dans la rubrique : Energies nouvelles, Thèmes

L’attractivité des énergies renouvelables en Afrique : est-ce partout ?
, et // 28 septembre 2016 // 3

Renewable energy conceptLe continent africain présente un fort potentiel pour le développement des énergies renouvelables, avec des ressources abondantes et des perspectives de croissance de la demande énergétique.

Mais entre les 4 sous-régions de l’Afrique, quelles sont les zones les plus attractives ? Et dans un pays donné, vaut-il mieux investir dans le solaire ou dans l’éolien ?

5 critères sont à prendre en compte pour répondre à ces 2 questions :

Critère #1 : la disponibilité de la source sur le territoire

Critère #2 : les coûts des éléments nécessaires au projet dans le pays

Critère #3 : les politiques et régulations énergétiques

Critère #4 : l’évolution de la demande électrique

Critère #5 : l’infrastructure de transport et distribution d’électricité.

 

En comparant la marge sur quelques projets éoliens et solaires dans 6 pays d’Afrique (Kenya, Ghana, Egypte, Maroc, Algérie et Afrique du Sud) des 4 différentes sous-régions du continent (Est, Ouest, Nord et Sud), voici les 4 enseignements que l’on peut en tirer à date (avec les technologies et les réglementations existantes) :

  • Sur l’éolien, le Kenya est le pays le plus attractif avec une marge de profit de 54€/kWh. Ceci s’explique par un Leveraged Cost of Energy (LCOE) très bas, résultat d’un très fort taux d’utilisation (65%). Ce taux d’utilisation, le plus élevé au monde pour des projets éoliens, est dû à des vents particulièrement constants dans une région du Kenya
  • Pour le photovoltaïque, le pays le plus attractif est le Ghana, compte-tenu du niveau de son Feed-In-Tariff (FiT) lié à des politiques agressives d’incitation aux énergies renouvelables.
  • Aujourd’hui, pour l’ensemble des pays étudiés, les projets éoliens sont aujourd’hui plus attractifs en termes de coûts de production que les projets photovoltaïques. Si les tarifs d’achat sont plus élevés pour le solaire, l’écart entre le prix d’achat et les coûts de production (LCOE) reste aujourd’hui plus avantageux dans le cas de l’éolien, compte-tenu d’une technologie plus mature ; même si les coûts de production du solaire sont en train de baisser rapidement.
  • Enfin, les pays présentant un système de FiT restent beaucoup plus rentables pour le développement des énergies renouvelables, avec un écart plus grand entre le LCOE et le tarif de vente d’électricité. En Afrique du Sud et au Maroc (sans FiT) les projets de production d’énergie sont vendus sur des enchères, ce qui entraîne de prix de vente très bas. En Afrique du Sud, par exemple, dans la quatrième enchère (2015) le prix de vente de l’énergie a diminué de 46% pour l’éolien et 71% pour le PV par rapport à la première enchère (2011) [1].

Image 11

Graphique 1 – LCOE et tarif d’achat de l’électricité produite pour projets PVs et éoliens en quelques pays africains avec régulation de FiT

Image 22

Graphique 2 – LCOE et tarif d’achat de l’électricité produite pour projets PVs et éoliens en quelques pays africains sans régulation de FiT

Méthode d’analyse et sources

 

Calcul du LCOE (Leveraged Cost of Energy) :

La formule de calcul est la suivante :

Image 4

 

 

 

Avec :

  • It = dépenses d’investissement durant la période t (en année)
  • Mt = dépenses d’opération et de maintenance durant la période t (en année)
  • Ft= dépenses de combustible durant la période t (en année), zéro pour PV et éolien
  • Et = électricité produite durant la période t (en année), dépendante du capacity factor
  • r = taux effectif de réduction annuel (taux de rémunération du capital décrit en « hypothèses de calcul »)
  • n = durée de vie du système.

 

Hypothèses de calcul :

  • Des coûts d’assurance et de maintenance fixes pour tous les projets et égaux respectivement à 1% et 2% de l’investissement initial [2]
  • Coût d’investissement en €/kWh par pays : moyenne des coûts de quelques projets déjà en opération ou en construction dans le pays
  • Un taux de rémunération du capital fixe égal à 10% (une moyenne pour les projets énergétiques [3] en Afrique)
  • Capacity factor : la moyenne des capacity factor trouvés pour différents projets et études de faisabilité
  • Durée de vie économique d’une ferme éolienne ou PV : 25 ans

 

Glossaire :

  • PV : photovoltaïque
  • LCOE : Leveraged Cost of Energy
  • FiT : Feed-in-tarif

 

Sources :

[1] Renewable energy IPP Procurement Program Bid Window 4 – Preferred Bidders’ Announcement, Department of Energy for the Republic of South Africa, April 2015

[2] Consulté en mai 2016: http://www.ofme.org/documents/Accueil/RapportPhotovoltaique-CF83.pdf

[3] Renewable power generation costs in 2014 ; IRENA  January 2015

 

 

Tags: , , , , , , ,

Autres articles susceptibles de vous intéresser

 
Copyright © 2015 BearingPoint. Tous droits réservés.