This post is in the section : Smart Energy

L’énergie dans le nouvel écosystème digital – Episode 2 – Les modèles de positionnement pour les grands groupes
and // 19 July 2016 // 1

Article 2 _ CouvertureL’invasion des startups est une opportunité pour les grands groupes de l’énergie pour reconfigurer leurs modèles économiques avec ces nouveaux acteurs.

Pour répondre au changement de paradigme, deux scénarios se présentent pour les grands groupes.

Scénario 1 – Investir et incuber

Dans ce scénario, les grands groupes cherchent à mettre à profit le meilleur des deux mondes : l’agilité et l’innovation des startups, couplées à leurs capacités stratégiques et financières. Ils se dotent ainsi d’outils puissants pour être innovants et s’adapter aux besoins du marché.

C’est, en l’état actuel des choses, le scénario privilégié des grands groupes français. D’après une étude de l’INSEAD sur les sociétés du 500 Forbes Global, la France est le 1er pays en terme de nombre de sociétés s’engageant d’une manière ou d’une autre avec des startups.

Les collaborations peuvent prendre la forme de :

- Investissements et/ou acquisitions, i.e. d’adopter une stratégie d’innovation externe permettant d’éviter des coûts R&D, ou  de disposer de l’exclusivité d’une innovation. Par exemple, La majorité des utilities leaders en Europe possède des branches de Venture Capital. Celles-ci leur permettent de maintenir sur une veille sur l’innovation, et de bénéficier de produits et services exclusifs, donc un avantage compétitif sur le marché.

Exemples de branche Venture Capital de utilities majeures :

  • Engie New Ventures, ex :

Article 2 _ Image 1

  • Electranova Capital (EDF), ex :

Article 2 _ Image 2

  • EON, ex :

Article 2 _ image 3

- Accélérateurs ou incubateurs, des dispositifs permettant une collaboration sur une période courte, en permettant aux startups de faire grandir leur business et de profiter d’une relation unique, d’un partenariat stratégique.

Exemples de programme d’incubateur / accélérateur de utilities majeures :

  • :agile accelerator (EON), ex :

Article 2 _ image 4

  • Engie/Paris&Co (Engie), ex :

Article 2 _ image 5

  • ENERGYSTART et INCENSe (Enel), ex :

Article 2 _ image 6

Scénario 2 en rupture – Devenir agrégateur

C’est l’approche « disruptive », qui consiste à épouser le principe d’économie de plateforme, et devenir un animateur d’écosystème, en s’y replaçant en son cœur. Les utilities deviennent une plate-forme de connexion entre les clients et tous produits, services ou innovations proposés par elles-mêmes ou un tiers (startups notamment). Elles préservent et consolident ainsi une position de maîtrise du client final de bout en bout de la chaîne de valeur, tout en s’adaptant au marché rapidement.

Ce modèle peut s’appliquer en priorité aux maillons amont (production) et aux maillons avals de la chaîne de valeur (fourniture d’énergie). Concernant la production d’énergie décentralisée, propulsée sur le devant de la scène par des sociétés proposant une production d’énergie solaire ou éolienne (comme SolarCity), le modèle d’agrégateur de solutions innovantes correspond aux attentes des clients. Les utilities pourraient se positionner en agrégateurs de bouquets énergétiques personnalisés en fonction des usages et besoins des clients (que ce soit des collectivités, des particuliers, des industriels ou des acteurs du tertiaire).

Article 2 _ image 7

Quel que soit le chemin qu’empruntent les utilities, elles évoluent désormais dans un écosystème mouvant, qui les forcent à se doter d’une agilité similaire à celles de startups. Elles doivent mettre tout en œuvre pour garder la maîtrise de la relation client, et éviter de se retrouver dans une position de sous-traitant.

 

Sources :

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , ,

No related post

 
Copyright © 2015 BearingPoint. All rights reserved.