Cet article est dans la rubrique : Smart Energy

L’énergie dans le nouvel écosystème digital – Episode 1 – L’invasion de la chaîne de valeur par les start-ups
et // 11 juillet 2016 // 4

Article 1 _ CouvertureL’économie digitale est un milieu propice à la multiplication de petits Davids agiles face aux puissants Goliaths. C’est un milieu propice également à la dislocation des frontières traditionnelles entre secteurs d’activité. Les utilities n’échappent pas à ce double mouvement.

Il en résulte un nouvel environnement concurrentiel pour le secteur, avec des start-ups qui naissent chaque jour et gagnent petit à petit tous les maillons de la chaîne de valeur. Dans cet écosystème, et dans un contexte de reprise de pouvoir par le client, la place des utilities est ébranlée. Le client n’attend plus des utilities l’accès à l’énergie, mais tous les produits et services associés à l’énergie (conseils sur sa consommation et sur son mix « local », solutions de recharge de son véhicule électrique, solutions de production décentralisée…). Les nouveaux acteurs, les « barbares », l’ont bien compris. C’est la raison qui a conduit Google à acquérir Nest pour 3,2 M$ en 2014.

 

Pourquoi les start-ups constituent une menace réelle. Ces jeunes entreprises innovantes dont le positionnement sur un marché encore instable – soit nouveau, soit en évolution – ont par nature une agilité de transformation de leur business model. Cette capacité à s’adapter aux fluctuations de leur environnement, à « pivoter », et à répondre rapidement aux évolutions du marché constitue l’un des atouts des petites entreprises. Leur autre atout de taille face aux puissants Goliaths repose sur leur modèle « customer centric ». Leur raison d’être est de répondre à un besoin client très spécifique.

Bidgely est une illustration de la valeur ajoutée que les start-ups peuvent apporter aux grands groupes dans l’énergie. Bidgely (électricité en hindie) combine à la fois un savoir-faire en analyses complexes de données sur la désagrégation des courbes d’énergie et un savoir-faire sur l’engagement client pour pousser à maîtriser sa consommation d’énergie (notifications push sur mobile, comparaisons avec les pairs, dispositifs de gamification). De manière concrète, le consommateur reçoit des notifications avec des propositions d’actions concrètes pour réaliser des économies d’énergie sur les appareils électroniques et les unités de chauffage, par exemple : « Le remplacement de votre réfrigérateur avec un réfrigérateur Energy Star vous permettra d’économiser 180$ par an ».

Cette start-up réussit à réconcilier un savoir-faire technique (que l’on retrouve en général dans les métiers de la production ou de la distribution dans l’énergie) avec un savoir-faire dans le design de l’expérience client (que l’on retrouve dans les activités avales des groupes énergétiques).

Eon a investi dans Bidgely and plusieurs grands groupes (comme RWE) ont noué des partenariats de distribution avec la start-up.

Article 1 _ Image 1

L’écosystème des startups prend de plus en plus d’envergure et de poids. Le nombre de startups créées dans le secteur des cleantech a très largement augmenté depuis les années 90.

Cela peut s’expliquer par la concordance de nombreux facteurs globaux comme l’émergence des nouvelles technologies de l’information et des communications dans les années 1990, l’internet des objets et la digitalisation avec l’explosion du nombre de smartphones et des connexions, le débat sur la transition énergétique qui bat son plein, supporté par les techniques de décentralisation de la production d’énergie…

Article 1 _ Image 2

Au fil de l’eau, elles se sont diversifiées et se sont installés sur tous les maillons de la chaîne de valeur des utilities traditionnelles. Certaines catégories de startups bouleversent tangiblement le secteur des utilities :

Article 1 _ image 3

  • Objets connectés : l’impact des objets connectés dans le secteur des utilities est d’améliorer la maitrise de la consommation d’énergie, via la production de données en temps réel.

Ex (tous présents au CES de Las Vegas 2016) :

Article 1 _ image 4

  • Data agrégateurs : les agrégateurs de données ont pour principale fonction de croiser des données du réseau (compteurs, production) avec les données de consommation des clients (fournies en grande partie par les objets connectés)

Ex :
Article 1 _ image 5

  • Fournisseurs de services d’optimisation : les fournisseurs de services d’optimisation incitent le client à mieux gérer sa consommation en proposant des services adaptés à leurs besoins, et permettant ainsi de répondre à la tension entre offre et demande.

Ex :Article 1 _ image 6

  • Opérateur de smart-grid : les opérateurs de smart-grids travaillent avec les producteurs d’énergie locaux et indépendants, tels que les propriétaires immobiliers ou les pouvoirs publics locaux en charge des bâtiments producteurs d’énergie, les fermiers produisant du biométhane, etc., pour exploiter l’énergie ainsi générée. Ils supervisent la production locale d’un point de vue technique et opérationnel, en fournissant des conseils et des services d’assistance

Par exemple, le Brooklyn Microgrid, projet de LO3 Energy, fait appel à des logiciels et des technologies innovantes permettant aux membres du réseau d’acheter et de vendre de l’énergie de manière complètement sécurisée, selon des contrats rédigés à cet effet et utilisant la Blockchain.

Article 1 _ image 7

  • Production décentralisée : la production décentralisée produit de l’électricité pour de la consommation locale ou de l’injection sur le réseau.

Ex : Article 1 _ image 8

  • Solutions de stockage d’énergie : elles vont amener un débouché supplémentaire à la production décentralisée : le stockage pour une consommation ou une injection sur le réseau ultérieur, lorsque par exemple le besoin est plus fort, ou l’électricité mieux valorisée.

Ex :Article 1 _ image 9

 

Un certain nombre de ces startups se positionnent entre les utilities et le client et peuvent menacer à terme de prendre le contrôle sur la relation client. Pour éviter cette désintermédiation, les grands groupes n’ont plus le choix : ils doivent mener une analyse des briques d’activité nouvelles (engagement client, analyse prédictive des usages, gamification…) sur lesquelles ils sont aujourd’hui en retard par rapport à de jeunes entreprises innovantes et animer un écosystème d’acteurs qui pourront leur apporter le savoir-faire dont ils manquent. 

Tags: , , , , , , , , , , , ,

Autres articles susceptibles de vous intéresser

 
Copyright © 2015 BearingPoint. Tous droits réservés.