Cet article est dans la rubrique : Energies classiques, Energies nouvelles, Environnement, Marché & Régulations, Smart Energy

Quelles limites à l’ouverture aux clients dans les utilities ?

Que nous apprend l’exemple de Yeloha ?

Le secteur de l’énergie n’échappe pas à la règle de l’ouverture des frontières aux clients.  Mais un certain nombre de facteurs limitent encore l’ouverture du segment de l’énergie aux clients.

Customer Service Support Solution Assistance Aid ConceptDes limites économiques… mais qui sont aujourd’hui contournées par de nouveaux acteurs

Le premier facteur que l’on peut évoquer concerne les impératifs économiques. La production d’énergie, son stockage, son transport, sa commercialisation au client final, puis la gestion du service après-vente sont autant d’activités qui requièrent une intensité capitalistique certaine. Revenons un instant sur l’exemple des « Community solar » ; le but recherché ici est bien celui du respect de l’équation économique, nombre de particuliers ne souhaitant pas se lancer dans l’installation de panneaux solaires sur leur propre toiture en raison du montant élevé de l’investissement initial. Les particuliers ont ainsi, via les communautés solaires la possibilité d’acquérir plusieurs panneaux dans un champ solaire de grande taille (supérieur à 10MW), faisant ainsi jouer les économies d’échelle. Mais, là encore, les particuliers bénéficient d’initiatives de groupes privés qui profitent de certains effets d’aubaine pour proposer des offres attractives : le modèle s’ouvre au client, certes, mais dans une logique de nouveau business model pour les groupes et non pas à l’initiative des clients particuliers.

Des limites liées à la régulation… mais la régulation se change

Le second facteur limitant l’ouverture de la chaîne de valeur de l’énergie aux particuliers a trait à la régulation en vigueur. Ainsi, seules les entreprises agréées pour le transport et le stockage d’énergie peuvent intervenir sur ce segment. Le particulier, s’il a la possibilité d’être producteur d’énergie (éolienne, solaire, biomasse…etc.) doit se reposer sur les gestionnaires de réseau pour alimenter ce dernier en énergie ainsi générée. L’exemple de Yeloha –plateforme qui mettait en relation les « sun host » et les « sun partners »- est là encore parlant, puisque cette entreprise a vu son développement limité (avant d’être stoppé) à certains Etats américains tels que l’Etat de New-York ou du Massachussetts. En effet, d’autres Etats américains n’autorisent pas le recours au système de « Virtual Net Metering », c’est-à-dire la capacité pour un particulier de bénéficier de crédits déductibles sur facture, crédits provenant de l’énergie générée sur une installation solaire avec laquelle il n’a aucun lien physique. La législation est un frein ( a minima de court terme) en termes d’ouverture aux clients, et les exemples de limitation par la réglementation ne manquent pas dans des secteurs autres que celui de l’énergie : Uber, par exemple, est régulièrement attaqué sur son business model et a dû renoncer, en France notamment, à son service UberPoP depuis juillet 2015, ce dernier permettant à des particuliers sans licence professionnelle de transporter d’autres particuliers moyennant rémunération.

Des limites liées à la sécurité… qui peuvent aussi être contournées avec de nouveaux modèles décentralisés

Le troisième et dernier facteur concerne la sécurité. Difficile d’imaginer que la partie de transport et de distribution de l’énergie soit confiée à des particuliers, en raison notamment des problématiques de dangerosités et de normes de sûreté qu’il convient de respecter.

Néanmoins, plus que la sécurité c’est le maillon du « stockage » qui est en train de s’ouvrir aux clients résidentiels. Ainsi, la capacité de financement est déplacée par des initiatives telles que celles de Tesla et de sa PowerWall, qui consiste en une batterie d’une capacité de 6.4kWh permettant de stocker l’électricité produite par les panneaux solaires du foyer. En journée, et en règle générale, les panneaux solaires produisent plus que ce que le foyer consomme, la PowerWall permet ainsi de stocker le surplus d’électricité, et d’alimenter en soirée le foyer lorsque les panneaux solaires ne produisent plus. Ce modèle est intéressant car, appliqué aux client résidentiels, il permet à ces derniers de se « soustraire » au réseau en produisant leur propre électricité, puis en la stockant et en l’utilisant au moment où ils en ont besoin, c’est-à-dire en général le soir lorsque les membres du foyer rentrent à la maison. Il est à noter que tout ceci s’inscrit dans l’initiative d’une entreprise privée, Tesla, qui permet aux clients de se créer leur propre éco-système, avec une installation solaire, une ou plusieurs batteries PowerWall pour stocker l’énergie produite, la possibilité d’utiliser cette énergie pour recharger sa voiture électrique…etc. Il s’agit là d’un changement radical pour le modèle « traditionnel » des utilities et du « grid », en ce que le particulier peut s’en soustraire totalement.

Compte-tenu de tous ces facteurs limitant l’ouverture aux clients, le secteur de l’énergie et des utilities paraît protégé pour quelques années encore des « barbares ». Néanmoins, la reconfiguration des filières et l’IoT vont amener une reconfiguration des chaînes de valeur. C’est dans les maillons nouveaux que pourraient apparaître des modèles économiques en rupture, s’appuyant beaucoup plus sur les communautés de clients que sur les actifs de l’entreprise. Pour anticiper ces phénomènes de débordement, les utilities traditionnels doivent mener une analyse fine de leur chaîne de valeur pour identifier là où les frontières pourraient être poreuses et pour voir quelles sont les activités qui pourraient être confiées à des consommateurs. L’exercice est complexe car il nécessite de sortir du cadre et des schémas établis. Transposer les modèles d’Airbnb ou de Blablacar aux chaînes de valeur de l’énergie et identifier les conditions dans lesquelles les frontières pourraient s’ouvrir est une analyse vitale pour résister aux « barbares ».

 

Retrouvez les 3 modèles d’ouverture aux clients ici

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Autres articles susceptibles de vous intéresser

 
Copyright © 2015 BearingPoint. Tous droits réservés.