This post is in the section : Marché & Régulations, Thèmes

Le financement participatif de la transition énergétique : état des lieux et perspectives
, and // 30 November 2015 // 3

crowdfundingLa 21e Conférence des Parties à la Convention-Cadre des Nations-Unies sur les Changements Climatiques (ou COP-21) se tient actuellement à Paris du 30 Novembre au 11 Décembre 2015. Réunissant près de 40 000 participants provenant de 195 pays, elle devra déboucher sur la mise en place d’un accord global et contraignant pour maintenir le réchauffement climatique à 2 °C, jouant en particulier sur les émissions de gaz à effet de serre, et en vigueur à partir de 2020.

Cet enjeu majeur nécessitera des efforts financiers à la hauteur. Les Etats des pays développés ont d’ores-et-déjà promis d’investir 100 milliards de dollars par an à partir de 2020 pour lutter contre le réchauffement climatique dans le cadre du « fonds vert pour le climat ». Au-delà de cet engagement, c’est l’ensemble de l’économie mondiale qui devra se réorienter vers des modèles à basse émission de gaz à effet de serre, pour des investissements colossaux. La COP 17 de 2011 a mis  en place un « Fonds Vert » visant à alimenter cette promesse, capitalisé à hauteur de 10,2 milliards de dollars à la mi-2012.

Au-delà des Etats, les acteurs privés et publics locaux s’engagent aussi: l’ « Agenda des Solutions » (ou « Plan Paris-Lima 2015 ») regroupe les actions et les promesses de mobilisations d’acteurs privés et publics en faveur de la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Il s’agit de promesses à grande échelle, comme celle des maires de 2000 villes dans le monde s’engageant à réduire les émissions de gaz à effet de serre de 454 mégatonnes d’ici 2020.

Mais la transition énergétique au sein des pays développés passera également par des acteurs locaux privés, à une échelle plus concrète et immédiate, permettant mise en œuvre de l’agenda des solutions, mais sans s’y limiter. Le crowdfunding (ou « financement participatif ») est une des solutions qui se développe pour financer les multiples acteurs locaux engagés dans la transition énergétique. Quelles sont les formes du crowdfunding ? Quels sont les pays les plus avancés ? Quels sont les types de projets financés ? Cet article dresse un panorama du crowdfunding en France, en Allemagne et au Royaume-Uni.

 

Qu’est-ce que le financement participatif ?

 

Le crowdfunding, comment ça marche ?

Les sites de crowdfunding font dorénavant partie du paysage du financement : Kickstarter, Indiegogo, Ulule permettent de s’adresser à un grand nombre de personnes pour financer un projet. Une somme à atteindre est définie par le lanceur du projet, les particuliers promettent chacun une somme, et si la somme des fonds promis par les particuliers dépasse la somme nécessaire pour le lancement du projet, le projet est lancé. Ce mode de financement est en très forte croissance : Kickstarter est passé de 28 millions de dollars de fonds levés en 2010 à 529 millions de dollars en 2014.

Différents modèles de financement existent :

  • Les projets peuvent être intégralement financés par des particuliers
  • Ils peuvent aussi être partiellement financés par les particuliers et être abondés ensuite par d’autres acteurs, bancaires ou institutionnels par exemple.

Les investisseurs peuvent récolter les fruits de leur investissement de différentes manières :

  • Les investisseurs peuvent proposer des fonds à titre gratuit (on parle de « don participatif »). Il s’agit du modèle de GoFundMe.
  • Les investisseurs peuvent recevoir une récompense physique, dépendant ou non de leur investissement une fois les objectifs du projet atteints et le projet complété. Il s’agit du modèle de Kickstarter
  • L’investissement peut également être considéré comme un prêt, avec une obligation (aussi appelée débenture) constituant le titre de créances, avec un taux d’intérêt ou rendement obligataire associé (il s’agit du modèle sur lequel le parc éolien de Belfrays, exploité par EDF Energies Nouvelles, a été financé, via Lendosphere)
  • Il peut aussi s’agir d’un investissement en capital, dans lequel chaque investisseur obtient des parts du projet (principalement dans le cadre du financement collaboratif de start-ups), ou bien un investissement en immobilier.

Quel financement participatif pour l’énergie ?

Le crowdfunding de la transition énergétique peut donc revêtir de nombreuses formes, et toutes les plateformes ne sont pas spécialisées dans les projets énergétiques (Lendosphere est par exemple un acteur spécialisé des énergies renouvelables), mais des projets de prototypes éoliens et photovoltaïques ont déjà été financés grâce à Kickstarter.

Pour un projet qui produira de l’électricité (d’origine éolienne, photovoltaïque, hydraulique ou autre), deux modèles se détachent du lot : l’investissement en capital, et le prêt ou débenture (Lendosphere, Abundance Generation).

Dans le cadre du financement participatif d’un projet de production d’énergies renouvelables, le modèle retenu est principalement celui de la débenture : une fois le projet terminé chaque investisseur reçoit à date fixe des intérêts correspondant à un pourcentage de la somme investie dans le projet. L’exploitant du projet peut garantir ces intérêts grâce à la vente d’électricité. Ce mode de rémunération est favorisé par les tarifs de rachat garantis de l’énergie renouvelable, qui dépendent des politiques publiques locales.

 Type de Crowdfunding

En capital

Prêt

 

Description

 

Le particulier achète des actions du projet, lui donnant droit à des dividendes sur les bénéfices générés par le projet

 

 

Le particulier fournit une somme, qui lui est remboursée avec des intérêts selon des modalités prédéfinies

 

Exemple de projet

 

Parc éolien de Béganne

Toitures photovoltaïques de Berwickshire

 

Acteurs impliqués

 

Energie Partagée

Abundance Generation, Lendosphere, Lumo…

Les différents modes de crowdfunding dans l’énergie

 

Des projets locaux de « petite échelle »

Les projets énergétiques ayant recours au financement participatif sont principalement des projets à « petite » échelle : installation d’une ou de quelques éoliennes, de panneaux photovoltaïques sur un bâtiment communal ou bien le toit de quelques habitations, projets de centrale micro-hydraulique…à date, sur le site « abundance generation », un des acteurs majeurs du financement participatif des énergies renouvelables au Royaume-Uni, sur les 13 projets ayant atteint leur objectif de financement aucun ne dépasse la somme de 2,3 millions d’€ pour un projet d’installation de panneaux photovoltaïques sur les toits du village du Berwickshire (Ecosse).

Ces montants sont à comparer avec l’investissement nécessaire pour la réalisation du parc éolien de Clyde (Ecosse), de 350 MW et qui aura nécessité un investissement de 600 millions d’€. Les grands projets industriels ne semblent pas encore très demandeurs de financements participatifs pour le moment, et les montants en jeu sont sans commune mesure.

Ces projets permettent également de faire intervenir des entreprises locales, en particulier de BTP, dans les projets de transition énergétique, ce qui n’était par exemple pas le cas sur les grands projets de parcs éoliens ou photovoltaïques. La présence de retombées économiques locales est un argument fort pour les financeurs de projets participatifs.

Une meilleure acceptabilité locale

La plupart des projets favorisent la participation locale, par exemple en garantissant un taux de retour sur investissement plus élevé aux habitants des communes concernées. En Allemagne, la logique locale est plus poussée : dans certains projets, seuls les habitants de la commune peuvent contribuer au projet.

Dans tous les cas l’échelle limitée des projets et l’implication d’acteurs locaux, ainsi que le pouvoir décisionnel laissé aux acteurs locaux quant à la faisabilité du projet via l’atteinte ou non des objectifs financiers, fait que les projets ayant recours au financement participatif ont un taux d’acceptation des populations locales très élevé.

Aucun projet ayant fait appel au financement participatif n’a, à date, fait l’objet de recours devant les tribunaux (coûteux pour le développeur car immobilisant la construction et les actifs).

A contrario, selon le Syndicat des Energies Renouvelables, 40% des projets éoliens font l’objet d’un recours devant les tribunaux, bien que 80% de ces recours n’aboutissent pas.

financement participatif, crowdfunding,

Quelques « Success Stories »:

La Ferme de Paderborn en Allemagne

La ferme de Paderborn (Rhénanie du Nord-Westphalie) consiste en 11 turbines Vestas V-66 pour une puissance installée de 18,2 MW. Le projet a été financé par 91 acteurs locaux, la plupart vivant dans les environs de Paderborn. Le parc a été mis en service en Novembre 2000.

L’investissement total sur le projet a atteint près de 19 M€, dont 3,7 M€ provenait des 91 acteurs privés. Les 80% restants provenaient de prêts bancaires.

La rentabilité du projet a été garantie par l’Erneuerbare Energien Gesetz (ou EEG), garantissant un feed-in tariff de 0,091 €/kWh pendant une première période d’une quinzaine d’années, 0,062 €/kWh ensuite.

La mise en place de ce parc, avec la création d’une entreprise ad hoc regroupant l’ensemble des propriétaires concernés par le projet, a également été permise par une consultation rapprochée avec les propriétaires terriens impactés par le projet, et un accord « land-lease » entre ces propriétaires et la coopérative. 

Le parc éolien de Belfrays en France

Le parc éolien du Bois de Belfrays : lancée par EDF Energies Nouvelles entre Juin et Juillet 2015, 135 000 € ont été levés grâce à 198 prêteurs au cours d’une campagne de financement participatif, menée avec Lendosphere. Les objectifs de financement ont été dépassés de 35% en un mois, principalement grâce à la mobilisation des six communes avoisinant le projet. Cet argent servira à financer les études préalables à la construction du parc de 20 MW, dont le démarrage de la construction est prévu pour démarrer en 2016. EDF EN est l’emprunteur, et le taux d’intérêt est bonifié pour les riverains du projet.

Le parc éolien de « Bégawatts », à Béganne en France

Ce parc de 8 MW, financé par energie-partagee.org, est le premier parc éolien de France majoritairement réalisé grâce au financement participatif. Mis en service en 2014 et faisant intervenir des acteurs locaux ainsi que le Conseil Général de Loire-Atlantique, plus de 50% du projet ont été financés par des clubs d’investisseurs locaux, soit 1,4 millions d’€ par plus de 700 personnes.

Comparaison des marchés du crowdfunding de la transition énergétique

 

L’Allemagne : le financement participatif avant le crowdfunding

L’Allemagne dispose d’une tradition de financement participatif très ancienne et avancée, en particulier pour les projets tournant autour des énergies renouvelables. Presque 50% des capacités de production d’énergies renouvelables appartenaient à des acteurs locaux (individus et fermiers) en 2013.

Le modèle allemand de financement participatif est le « Genossenschaft », ou bien « Coopérative ». Ce modèle date de bien avant les plateformes de financement participatif, et correspond à un regroupement d’acteurs locaux qui mettent des fonds en commun pour financer (avec éventuellement une participation financière externe, bancaire ou autre) un projet. Le concept date des années 90, où les premiers projets éoliens demandaient déjà trop de fonds

En revanche bien que le nombre de coopératives ait été multiplié par un peu moins de 10 entre 2005 et 2012, de moins en moins apparaissent récemment. En cause un changement de législation en 2014 avec des amendements  à l’Erneuerbare Energies Gesetz concernant en particulier une modification des feed-in tarrifs (pour la biomasse et le photovoltaïque) ainsi qu’une autonomie accrue des Länder pour la définition des distances minimales entre les parcs éoliens et les zones habitées, et un contexte économique moins favorable. Au final, les coopératives prêtes à investir ne représentent  plus que 70% de l’ensemble des coopératives allemandes en 2014 (comparé à plus de 90% en 2013).

Le Royaume-Uni : le pays de l’innovation dans le crowdfunding énergétique

Parmi les 5 plateformes de crowdfunding spécialisées dans la transition énergétique ayant levé le plus de fonds depuis leur création, trois sont basées au Royaume-Uni (la plus importante, Windcentrale, étant néerlandaise).

Abundance Generation est la plateforme la plus avancée du Royaume-Uni en termes de fonds levés depuis sa création en 2012. Abundance Generation est la première plateforme de financement participatif à recevoir l’agrément de la Financial Conduct Authority, un organisme régulateur de la finance au Royaume-Uni, et la première plateforme à permettre à ses utilisateurs d’investir à partir de 3,5 € seulement.

A date, près de 17 millions d‘€ ont été levées pour 13 projets financés.

Le modèle de financement d’Abundance Generation est celui de la débenture, à savoir une obligation sans garantie pour le prêteur obligeant l’emprunteur à rembourser une partie du capital investi chaque année, avec des intérêts. Les intérêts peuvent être fixes, variables (dépendant de la performance du projet), indexés sur l’inflation…selon le projet.

Un autre modèle était celui du fonds de financement participatif Trillion, spécialisé dans le photovoltaïque et proposant principalement des parts dans les projets financés. Cependant leur activité d’investissement et de prêts a été temporairement mise en pause en raison de la baisse des subventions aux énergies renouvelables au Royaume-Uni.

Une volonté de l’Union Européenne

L’Union Européenne a mis en place la plateforme Citizenergy, regroupant 11 partenaires et plateformes de financement participatif provenant de 11 pays européens. Plateforme à part entière et agrégateur de plateformes, ce projet est représentatif de la volonté de l’Union Européenne de mettre en avant ce type de financements.

Le financement participatif de la transition énergétique en France

 

En France, un mode de financement qui démarre

Le financement participatif de la transition énergétique en France n’est pas aussi avancé qu’en Allemagne (avec ses coopératives citoyennes profondément implantées dans le paysage) ni qu’au Royaume-Uni avec des plateformes de financement participatif gérant de grands projets.

Cependant certains acteurs et  projets de financement local ont déjà eu lieu : Eoliennes en Pays de Vilaine (à la manière d’une coopérative allemande), ou bien Energie Partagée, Lumo ou Lendosphère qui sont des plateformes de financement participatif. Le dernier grand succès du financement participatif en France est le projet du parc éolien de Belfrays associé à Lendosphere.

Le  nouveau statut d’ « Intermédiaire en financement participatif », créé en 2014 (ordonnance du 30/05 et décret du 16/12) et autorisant une personne morale à exercer à titre habituel la mise en relation, au moyen d’un site internet de porteurs de projet et les personnes finançant ce projet sous certaines conditions pour les opérations de prêt à titre onéreux ou sans intérêt, permet de créer une dynamique positive à un moment où la filière semble connaître un ralentissement au Royaume-Uni et en Allemagne.

Lendosphere :

Enregistré auprès de l’ORIAS, le registre unique des intermédiaires en assurance, banque et finance en tant qu’intermédiaire de financement participatif. Il regroupe à date 1 760 prêteurs, a financé 14 projets et levé plus d’1,3 millions d’€. Son modèle est celui du prêt : le particulier finance le projet à partir de 50€, et en cas de succès de la campagne de levée de fonds, le capital lui est remboursé à la suite d’une durée déterminée assorti d’intérêts. C’est grâce à Lendosphere que le projet d’EDF EN a pu être un succès.

Lumo :

Partenaire de Citizenergy, a financé à ce jour 4 projets photovoltaïques, pour un montant total d’environ 162 000 €. Les projets sont déjà financés par une banque partenaire, le montant investi par financement participatif remplace alors une partie du prêt bancaire. Les épargnants sont là encore remboursés avec intérêts sur une durée déterminée, les intérêts étant financés par la revente de l’énergie à EDF. Le mécanisme financier est une obligation provenant de la société qui gère et exploite l’installation énergétique. Aussi enregistré auprès de l’ORIAS comme intermédiaire de financement participatif.

Energie Partagée :

Plus qu’un courtier en financement participatif, Energie Partagée se veut un acteur majeur du développement local des énergies renouvelables. Avec des projets réalisés des Pays de la Loire à l’Alsace en passant par les Pyrénées et s’appuyant sur une soixantaine de partenaires locaux, 30 projets financés et plus de 7 millions d’€ de fonds levés. Les citoyens prennent des parts dans les projets et sont remboursés comme investisseurs. Les projets sont financés à hauteur de 20-30% par les fonds citoyens et pour le reste par des fonds bancaires.

Quelques plateformes actives en France
L’action des plateformes françaises ne se limite pas aux frontières de l’Hexagone : grâce à Lendosphere, la PME française InnoVent a obtenu des financements pour développer le premier parc éolien de Namibie. Le projet a récolté 143 000 € sur un financement total de 8 millions d’€ et un objectif initial de 60 000 €.Un autre projet financé grâce à la plateforme Lumo : l’installation de 250 kWHc de panneaux solaires sur les toits des nouveaux bâtiments d’une entreprise de charpentes de la Vienne. La part citoyenne du projet est de 80 k€ sur un budget total de 430 k€, le reste étant financé par le Crédit Coopératif. L’entreprise Sergies a réalisé les travaux.Financé par Energie Partagée et l’Agence de l’Eau Rhin-Meuse, le projet d’installation d’une nouvelle micro-centrale hydraulique (l’ancienne étant à l’abandon) sur le barrage de Raon-L’Etape inclut également une remise en état du site ainsi que l’installation d’une passe à poissons et à canoë. La turbine aura une puissance de 400 kW et permettra d’éviter le rejet de 288 tonnes de CO2 par an.

Quelques projets financés par le crowdfunding

 

Perspectives d’avenir

Le financement participatif de la transition énergétique en France et en Europe dispose d’un fort potentiel de croissance. Ce mode de financement de projet monte en puissance au niveau européen, et retient de plus en plus d’attention de la part des acteurs de l’énergie, grandes entreprises comme PME. Grâce au nouveau statut d’intermédiaire en financement participatif défini en 2014, cette filière semble promise à un bel avenir en France et devrait être amenée à fortement se développer au cours des prochaines années.

Bien qu’un financement complémentaire (bancaire,  provenant d’une entreprise ou d’acteurs institutionnels) soit encore à date nécessaire pour les grands projets éoliens ou photovoltaïques, et que l’échelle des projets ainsi financés soit encore assez petite, le crowdfunding constitue un mode de financement innovant garantissant une grande implication des acteurs locaux et une meilleure acceptabilité locale des projets.

crowdfunding1

Bibliographie

http://www.cop21.gouv.fr/fr/cop21-cmp11/enjeux-de-la-cop21

http://www.cop21.gouv.fr/fr/file/658/download?token=EkSsaJDG

http://www.cop21.gouv.fr/fr/file/704/download?token=7r3PRlAl

https://www.kickstarter.com/blog/2011-the-stats

https://www.kickstarter.com/year/2014/data?lang=fr

https://www.abundanceinvestment.com/app/projects/oakapple-berwickshire

http://sse.com/whatwedo/ourprojectsandassets/renewables/Clyde/

http://energie.eelv.fr/la-transition-energetique/comment/leolien/

http://www.welfi.hespul.org/case/Paderborn.pdf

http://www.edf-energies-nouvelles.com/communiques-de-presse/record-pour-la-premiere-campagne-de-financement-participatif-dedf-energies-nouvelles/

http://www.eolien-citoyen.fr/gouvernance-65.html

http://www.greenpeace.org.uk/newsdesk/energy/analysis/viewpoint-renewable-energy-crowdfunding-lesson-germany

http://energytransition.de/2015/02/few-new-german-energy-coops-in-2014/

http://energytransition.de/2014/07/bundestag-adopts-new-renewable-energy-act/

www.citizenergy.eu

https://www.lendosphere.com/les-projets/participez-au-financement-des-premieres-eoliennes-dhttps://www.lumo-france.com/projets/du-solaire-sur-abaux

http://energie-partagee.org/projets/hydroraon/

Tags: , , , , ,

No related post

 
Copyright © 2015 BearingPoint. All rights reserved.